LE DESIGN ÉCLECTIQUE : COMMENT L’UTILISER DANS VOTRE MAISON

LE DESIGN ÉCLECTIQUE : COMMENT L'UTILISER DANS VOTRE MAISON

Nous savons que c’est ennuyeux d’être comme tout le monde. Vous avez toujours voulu vous démarquer par votre créativité, ou vous aimez tellement de styles que vous ne savez pas lequel choisir ? Aujourd’hui, nous avons la solution à vos problèmes : le design éclectique.

Pour comprendre ce qu’il en est, il suffit de comprendre le concept même du mot “éclectique” : un mélange de formes, de visions. Elle se définit comme le courant qui ne s’oppose à aucune vision, et qui combine les éléments de chacune d’elles de manière harmonieuse tukif.

Dans le domaine du design, cela se traduit par la combinaison harmonieuse d’éléments qui font généralement partie de différents styles. Mais comment maintenir l’ordre et la cohérence ? Aujourd’hui, nous avons rassemblé pour vous ces conseils, qui vous seront très utiles si vous cherchez à intégrer un design éclectique dans votre maison.

 

LES SECRETS DU DESIGN ÉCLECTIQUE
OÙ ?

LES SECRETS DU DESIGN ÉCLECTIQUE OÙ ?

Ne nous méprenons pas. Le design éclectique n’est pas le fruit d’une anarchie totale et d’une absence totale de modèles directeurs. Toutefois, si vous décidez d’essayer ce type de décoration, il est important que vous soyez prêt à plier ou à briser complètement les règles.

La chose la plus importante à tout moment sera la créativité. N’ayez pas peur d’un élément. Ce n’est qu’en essayant que vous saurez ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

 

C’EST UNE COMBINAISON, PAS UN DÉSORDRE

Maintenant… oui, être créatif est important. Cependant, il ne s’agit pas de mettre des éléments qui nous plaisent juste pour le plaisir. Ainsi, notre maison ressemblera à une feuille d’autocollants.

Pour pouvoir se combiner correctement, il est important que tous nos éléments suivent un fil conducteur, un parcours cohérent. Vous pouvez toujours opter pour des détails tels que la couleur : teintes similaires, palettes combinables, etc. Vous pouvez rechercher la reproduction de la couleur comme fil conducteur dans vos différents éléments. De cette façon, vous pouvez créer un sentiment de cohérence.
N’ayez pas peur d’essayer !

 

ÉLÉMENTS DE LIAISON

La couleur n’est pas la seule ressource que vous pouvez utiliser comme fil conducteur. La thématisation peut également vous aider à jouer intelligemment avec différents éléments, pour autant qu’ils semblent tous faire partie de votre composition globale d’une manière ou d’une autre.

Vous pouvez également jouer avec les matériaux et les textures. Ils fonctionnent souvent très bien pour donner un sentiment d’unité à des éléments qui semblent opposés à première vue.

 

RÈGLE DES 80/20

Éclectique ne veut pas dire erratique. C’est une prémisse dont vous devez tenir compte si vous voulez que le résultat de votre conception soit favorable. On ne peut pas mélanger trop de styles. Pour commencer, deux ou trois sont plus que suffisants. La plupart des experts en suggèrent seulement deux, afin d’appliquer correctement la règle des 80/20.

Et qu’est-ce que c’est ? Simple. Comme son nom l’indique, cette règle suggère toujours de mélanger deux styles de manière proportionnelle, où l’un prédomine presque entièrement sur l’autre. De cette façon, nous pouvons générer des effets contrastés sur les éléments que nous voulons mettre en valeur.

Important : consacrez vos 80 % à votre style principal et associez-y les éléments clés de votre conception : portes, fenêtres, murs, sols, etc. Utilisez les 20 % restants pour mettre en valeur des éléments de manière plus créative. De cette façon, vous pouvez avoir un impact et ne pas confondre les personnes qui regardent votre design pour la première fois.

Vous aimez le son du style éclectique ? Essayez-le sur votre prochain projet et faites-nous part des résultats dans les commentaires.

 

Articles Similaires

LE NOUVEAU MODE DE VIE INFLUENCE L’ARCHITECTURE

LE NOUVEAU MODE DE VIE INFLUENCE L'ARCHITECTURE

Architecture post-pandémique


La personne fait le foyer. C’est une vérité indéniable. Qui nous sommes conditionne en tous points notre façon de vivre et les espaces dans lesquels nous voulons être. Par conséquent, à chaque transformation sociale majeure, nos maisons changent également.

Surtout au cours des deux dernières décennies, les changements sociaux, économiques et même écologiques ont eu des conséquences importantes sur l’architecture, de l’urbanisme à la conception des unités domestiques.
Le résultat? Nouveaux concepts, nouvelles pratiques et nouvelles tendances où polyvalence, confort, intimité, conscience écologique et économies prennent un nouveau sens comme mots-clés.

TENDANCES BASÉES SUR NOTRE MODE DE VIE

MICRO-MAISONS

MICRO-MAISONS

MICRO-MAISONS

Ce n’est un secret pour personne que l’espace est aujourd’hui un bien précieux. Surtout quand la majorité des gens dans presque toutes les sociétés veulent se rassembler en un seul endroit : la ville. Les raisons, nombreuses. Opportunités d’emploi, sécurité sociale, meilleurs services de base, accès à la santé et à la technologie,porno, etc.

En conséquence, ceux qui optent pour la vie en ville commencent à vivre dans des maisons de plus en plus petites. Cela leur permet d’économiser sur les coûts de maintenance, en plus d’être beaucoup plus abordables pour le citoyen moyen.

Dans ce nouveau concept de micrologement, l’optimisation de l’espace et l’ergonomie sont des concepts clés, qui permettent à ceux qui y vivent de conserver leur confort malgré l’espace réduit.

 

CO-VIVRE

CO-VIVRE

CO-VIVRE

Le manque d’espace étant la principale préoccupation, de nombreux architectes ont opté pour des propositions où la coexistence entre des personnes qui ne composent pas nécessairement la même unité domestique fait partie du facteur différentiel.

Sa mission : créer des espaces qui garantissent l’intimité et la satisfaction de tous les besoins, y compris les espaces communs de vie et de loisirs. Ce concept coexiste notamment avec les nouvelles générations, incapables de s’offrir un logement privé, ou avec les personnes âgées elles-mêmes, exposées à l’abandon.

DURABILITÉ

DURABILITÉ

DURABILITÉ

La conscience environnementale occupe le devant de la scène dans de nombreux domaines, et l’architecture n’hésite pas à suivre cette tendance. Dans un monde où, au moins partiellement, la société essaie de réduire son empreinte écologique, l’urbanisme et la planification continuent de rechercher et de perfectionner des méthodes pour parvenir à une coexistence amicale entre l’homme et la nature, sans sacrifier l’efficacité ou la fonctionnalité.

Quelques avancées à grande échelle. D’une part, nous parlons du fait que l’industrie de la construction émet aujourd’hui 40 % de dioxyde de carbone en moins dans le monde. D’autre part, nous parlons également de maisons construites avec des matériaux plus éco-durables. Certains des plus connus sont l’acier, le ciment et le verre.

BUREAU À DOMICILE

BUREAU À DOMICILE

BUREAU À DOMICILE

Bien que la pandémie ait motivé cette décision, la société moderne en était déjà à un point où elle flirtait avec le travail à distance. Avec cela, les gens commencent à avoir besoin d’espaces dans leurs maisons pour répondre à certains besoins professionnels qui étaient auparavant satisfaits par leurs bureaux.

Certains, les plus fortunés, disposaient d’espaces supplémentaires à aménager en bureaux. D’autres, au contraire, ont dû jouer sur l’optimisation de l’espace et de l’ergonomie pour trouver un espace fonctionnel où travailler, sans perdre l’intimité et le bien-être de leur habitation.

À partir de là, le design d’intérieur et même l’architecture actuelle en tiennent compte dans de nouvelles propositions.

 

LE BIEN-ÊTRE D’ABORD

LE BIEN-ÊTRE D'ABORD

LE BIEN-ÊTRE D’ABORD

Quand on parle de nouvelles générations, l’hédonisme joue un rôle clé dans le mode de vie recherché. Plaisir, confort, bien-être, bonheur et satisfaction des besoins, des plus élémentaires aux plus éphémères et capricieux.
Pour cette raison, l’architecture moderne pense désormais aux salles de sport, aux jardins, aux bibliothèques, aux salles de yoga ou tout simplement aux espaces où le confort et la chaleur jouent un rôle clé.

Avec tout ce qui a été vu jusqu’à présent, nous pouvons garantir que nos nouveaux modes de vie modifient l’architecture et son fonctionnement. Quels autres aspects jugez-vous nécessaire de souligner ?

 

Articles Similaires

 

PLANTES D’INTÉRIEUR DANGEREUSES POUR LA SANTÉ

PLANTES D'INTÉRIEUR DANGEREUSES POUR LA SANTÉ

Dans un foyer, sentir que le contact avec la nature est presque une obligation. Après tout, ce n’est un secret pour personne que les plantes ont un impact sur plus que l’apparence ou l’odeur d’une maison. Mais aussi pour la joie et la vitalité qu’ils apportent avec eux. C’est sans parler de tous les avantages qu’ils apportent à la santé.

Maintenant, nous ne sommes pas ici aujourd’hui pour parler de la façon dont les plantes d’intérieur sont incroyables, elles le sont. Bien que l’on reconnaisse bien ses bienfaits, peu savent vraiment à quel point et quelles plantes d’intérieur peuvent devenir toxiques ou nocives pour la santé.

Avez-vous des plantes d’intérieur chez vous ? Si votre réponse était oui, faites attention à cette liste. Vous voudrez peut-être envisager de les changer si vous en reconnaissez un.

PHILODENDRON

Si vous êtes un passionné de jardinage, vous la connaissez sûrement… ou l’un de ses plus de 700 cousins ​​de près ou de loin. Ils sont originaires des tropiques latins et s’adaptent donc fabuleusement aux climats intérieurs.
Alors quel est le problème? Toutes ses branches et ses feuilles contiennent de minuscules cristaux, appelés raphides. Bien que minuscules xnxx, elles peuvent être dangereuses pour la santé, car une très petite dose suffit amplement à provoquer des troubles des systèmes digestif et respiratoire.

Il est recommandé de le tenir éloigné des enfants ou des animaux domestiques, qui seraient plus susceptibles d’ingérer toute substance ou solide qui en provient.

 

CHRYSANTHÈME

Populaire et très beau. Après tout, un bouquet de chrysanthèmes n’est pas seulement une grande offrande de paix. Mais aussi une pièce décorative incroyable. Ils sont également incroyables pour éliminer les corps organiques comme le benzène, le styrène, le toluène, etc.

Alors quel est le problème? La beauté n’est pas toujours anodine. Avec tout et sa beauté, cette plante est parmi les plus toxiques répertoriées par le Ministère de la Santé.

Le polem qu’il produit peut provoquer des allergies, des dermatites de contact, des irritations et même des démangeaisons de la peau et certaines cloques. Vous ne l’avez probablement pas vu venir, n’est-ce pas ?

HORTENSIA

Nous terminons notre liste avec une plante d’intérieur que vous ou un proche avez achetée au moins une fois. Et on ne leur en veut pas, l’apparence de l’hortensia le rend extrêmement prisé dans le monde de la décoration.
Cette plante originaire de plusieurs pays d’Asie offre une beauté ornementale sans pareille… en échange de divers dangers dont vous devriez tenir compte si vous les utilisez habituellement pour décorer votre maison. Le premier et le plus critique est sans aucun doute sa forte teneur en hydrangérine. Sa consommation excessive a un effet similaire au cyanure, la paralysie de la respiration cellulaire.

Son véritable danger est que, en cas d’intoxication, les symptômes ne sont pas suffisamment distinctifs pour exclure d’autres conditions : de la tachycardie et de la suffocation à la simple douleur à l’estomac.
Connaissez-vous d’autres plantes qui devraient figurer sur cette liste ? Partagez-le avec nous dans les commentaires.

 

 

Upgrading Urban Communities

In designing upgrading programs, and particularly when scaling-up, there is a need to have an understanding of the socio-economic situation of the communities that will be affected. Poverty Assessments can be specially designed to assess the situation of the urban poor in particular countries and/or cities, which would enable project teams to know how the affected communities fit into the larger city-wide situation of poverty. Information on communities’ capacity and willingness to pay is also a critical input into designing an effective and affordable project. Beyond the collection of information, there is a need to take into account the ability of individuals in these communities to mobilize non-monetary assets such as social capital, and how they can protect existing assets and build on those assets.

There is also a need to understand external factors affecting the lives of these communities, such as violence, crime, gangs and how to use the community itself to organize responses to those problems. Similarly, the daily issues of living and working in communities and within the city for the poorest of poor (mostly women) all require special attention. In many of these communities, the lack of employment and underemployment is a major issue, and are often the root cause of some of the other social issues such as violence and crime. All these areas of action need to be considered in a larger scale program.

However, not every upgrading project can, nor should, directly address each of these issues. It is clear that linkages to other city-wide services, where available, would allow or facilitate access to other programs. Likewise, there are particular cases like street children, which cannot be easily accommodated within an upgrading project, but national or city-wide program would need to take into consideration how to attend to these special needs. It should be kept in mind that, while upgrading projects cannot deal with all these socio-economic issues, it is likely that a community which is organized around an upgrading effort is more likely to be able to participate actively or seek help from other service agencies to address these problems.

Unserviced settlements or so-called slums, where many of the urban poor live in unhealthful and degrading conditions, represent a microcosm of urban policy problems. This note reviews the economic issues involved in the design and implementation of programs that aim to address the needs of the residents (and especially the poor residents) of such unserviced settlements. The note starts with the basic question, “What are the roles of markets and of governments in ensuring essential urban services, in particular for low income settlements?” This question provides the basis for identifying the scope for public and private action. This first part of the paper then proceeds to explore the problem of how to assess demand by a mixed beneficiary population (residents of a geographic-based urban settlement, who may represent a range of income levels, household types, and preferences) for various urban services that span the continuum of public to private goods. The second part of the paper then discusses institutional arrangements for supplying such mixed public-private goods in response to residents’ demands. This section discusses issues of the conventional provision of urban services through public utilities or other formal suppliers (what may be called “single-sector” approaches). It then looks at the policy issues to be addressed in providing multiple services as a package to given geographic settlements, through scaled-up programs for so-called “urban upgrading”.

Source: oficinista.mx

L’enrobé Imprimé

 

Lenrobé imprimé, procédé plus connu sous le nom de « StreetPrint », adopte des techniques de revêtements routiers auxquelles sont appliquées des textures et des teintures différents de par les impératifs des contextes thématiques, publiques, industriels où résidentiels.

     Le procédé dapplication génère des impressions simulant avec grand réalisme différents calepinages de brique, de pavé, dardoise ou encore de pierre, dans des délais record, permettant ainsi lexploitation quasi immédiate des surfaces traitées dès la fin de louvrage. Il utilise en guise de matrices dimpression des grilles conçues pour des usages répétitifs appliqués dans de lenrobé ou de lasphalte à chaud au moins sur 2,5 cm, compacté à pleine densité et suffisamment chaud pour permettre sa déformation. Les grilles soudées à larc dans tous les décors standard, sont fabriquées en acier spécial, tressé en câble. Ce type de tressage est particulier afin quil résiste aux déformations permanentes et quil fournisse la souplesse nécessaire pour sadapter à la topographie du site dapplication de louvrage, tout en permettant de relever les grilles à proximité dun trottoir ou dun mur. Enfin à la fin des travaux dimpression, un enduit teinté spécialement homologuée pour le procédé est appliqué, ce dernier sincruste dans les porosités de lenrobé ou de lasphalte permettant ainsi une parfaite résistance aux agressions dues à la circulation, si enfin cette technique est souvent retenue, il est conseillé dutiliser un support (enrobé ou asphalte) teinté dans la masse.
Aujourdhui diffusé dans plus de 35 pays dans le monde, le procédé permet de répondre aux besoins de toutes les contraintes quelles soient celles des circulations piétonnes, des esplanades et grandes places ou bien encore voies carrossables.
Bien quelle ait connu une évolution sensible depuis quelque temps, lactivité relativement nouvelle des pépinières est en passe de connaître un développement soutenu dans les grandes villes marocaines.
Pour faire le point , en cerner les atouts et les faiblesses, nous sommes allés à la rencontre dun nom connu de la profession , Sadek Tazi ,qui dirige une enseigne-leader ,la pépinière Palm Orchids, basée à Casablanca. Sadek Tazi est représentatif de cette vague de pépiniéristes qui ont donné naissance à une nouvelle économie.

Pourriez-vous tout dabord nous situer lhistoire de lhorticulture ornementale au Maroc et à quand remonte-t-elle au niveau contemporain ?

Cest avec lépoque du Maréchal Lyautey que nous pouvons parler véritablement dintroduction de lhorticulture ornementale au Maroc. Cétait au début du siècle dernier, au moment de la mise en place des schémas-directeurs des grandes villes comme Casablanca, Rabat ou FèsIl a tout de suite été confronté avec son staff darchitectes à un manque de pépinières .Il a donc crée le Jardin dEssais à Rabat, où un travail magnifique dimplantation a été accompli avec des espèces en provenance de toutes les colonies et même dailleurs, comme dAfrique du Sud ou dAmérique et même dAsie comme le VietNam . Ceci a donné naissance par la suite à une multiplication des pépinières .Mais bien avant eux ,les Arabes avaient déjà introduit loranger, lolivier et dautres espèces de Chine ou dAfghanistan ,mais pour des raisons économiques essentiellement et non ornementales.

Quelle serait votre définition du paysagisme ?

Le paysagisme cest larchitecture des espaces verts, des plantescest un travail, disons, de nature architecturale ou de nature au service de larchitecte. Dune autre manière et si lont peut le résumer ainsi, cest la nature apprivoisée au profit de lespace citadin, par lhomme de la cité pour tout dire.

Pour en revenir aux origines de la botanique moderne, quelles sont les nations pionnières qui ont le plus fait pour la vulgarisation et la reproduction des espèces ?

Les grandes nations colonisatrices comme la France ,la Grande-Bretagne, lEspagne , le Portugal ou bien encore la Hollande , tous ces pays avaient accordé de limportance à la botanique dans leur découverte du nouveau monde ,de nouvelles contrées et continents. Leurs recherches étaient axées et focalisées prioritairement sur les moyens de répondre à leurs besoins alimentaires et médicinaux, bien avant lornemental. Lintérêt pour eux était de trouver la nouvelle tomate, la nouvelle espèce dail, la plante idoine pour guérir la fièvre jaune ou le paludisme ou bien encore celle destinée à produire un tabac de bonne qualité. Laspect ornemental est venu bien après. Je citerai la France, la Grande-Bretagne et la Hollande comme les 3 pôles botaniques majeurs dans le monde. Je pense que le plus grand botaniste est pourtant suédois et quil doit sa célébrité au fait quil exerçait ses talents dans les grandes cours royales en Europe.

Quels regards portez-vous sur la culture in-vitro, pour le marché de l ornemental ?

Cette culture ne peut se concevoir que dans lhypothèse dune très forte demande et dun marché à fort potentiel. Actuellement au Maroc, celà se vérifie avec certaines espèces de tomates et pour le palmier à huile pour lesquels les plants sont reproduits dans des proportions considérables. Il en va bien autrement pour lornemental vu létroitesse du marché.
A ma connaissance, les seuls laboratoires qui existent actuellement travaillent sur le palmier-dattier, le bananier, la betterave à sucre, ou encore la pomme de terre et nont pas de vocation commerciale puisquils relèvent beaucoup plus du domaine de la recherche.. Il est prématuré, à mon avis, de parler de culture in-vitro pour ce qui concerne lornemental.