Moyen âge: l’histoire et la philosophie

L’histoire et la philosophie permettent d’interroger le discours scientifique. Si l’école présente ce discours comme l’état actuel de nos connaissances sur ce monde, elle l’enseigne trop souvent comme un ensemble de certitudes incontestables, qu’on prétend d’autant mieux fondées qu’elles sont mathématisées !
La science n’est pas le fruit d’une révélation à laquelle ne seraient conviés que quelques rares génies, dont l’esprit ascétique et opiniâtre aurait permis d’atteindre à quelque absolu de la connaissance. Elle est production humaine, production culturelle parmi d’autres, comme elles, porteuses de volontés et de valeurs (trop souvent implicites). Comme toute production culturelle, elle est l’objet d’incertitudes et de débats, qui participent à l’élaboration d’une certaine forme de représentation du monde. Si la rationalisation y joue un rôle central, elle intervient en même temps dans plusieurs domaines entre lesquels une cohérence doit être trouvée avant qu’une théorie ne soit acceptée – encore ne l’est-elle que provisoirement.

Pratiquer l’histoire et la philosophie des sciences, c’est :
• interroger le degré de certitude des connaissances acquises,
• apprécier les limites de leurs conditions d’applicabilité,
• analyser les interactions entre sciences et sociétés, les enjeux et rapports de force philosophico-politiques auxquels elles participent,
• confronter la science occidentale à d’autres cultures productrices d’autres formes de représentation du monde,
• acquérir sur sa propre culture le regard critique indispensable à son renouvellement.

Le pôle d’histoire des sciences de l’Espace Mendès France organise depuis cinq ans en partenariat avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de l’Université de Poitiers, un séminaire d’histoire des sciences et des techniques au Moyen Âge.Ce partenariat, unique en France , est né de la volonté pour le Centre de s’ouvrir à la culture scientifique en complétant ses activités de centre d’enseignement et de recherche ; nous rappelons ainsi que sa mission est aussi d’être ancrée dans la vie culturelle et scientifique locale. Le cycle de conférences voit des interventions de personnalités de tous horizons dont videos porno le travail et la recherche font autorité ; il s’agit de comprendre comment s’est formée la pensée scientifique médiévale ; les journées d’études, en complément , sont nécessaires pour faire le point sur la recherche actuelle dans un domaine particulier. Nous faisons nôtres ces réflexions du Professeur Guy Beaujouan : ” Il n’y a pas une pensée médiévale “car” une connaissance approfondie de la science médiévale permet de saisir des modifications et des progrès de siècle en siècle , de génération en génération, voire de décennie en décennie ” C’est à travers ces intérêts communs qu’un centre de recherche et un centre de culture scientifique peuvent avoir les mêmes exigences de partage du savoir.